Archive | Conseils voyage RSS feed for this section

Nos conseils pour réussir votre roadtrip en Australie.

16 Sep

Partir sur les routes australiennes, c’est génial mais mieux vaut savoir deux/trois petits trucs avant de partir.

Voici donc quelques conseils que nous avons listés après avoir passé 45 jours en camping au pays des Aussies.

1. LA LOCATION DU VEHICULE

Comment faire son choix parmi toutes les compagnies existantes et tous les modèles proposés ?

De la voiture type espace aménagée au gros camping-car tout équipé, vous aurez l’embarras du choix ! Cela dépendra surtout de votre budget ! Personnellement, nous avons trouvé le prix des locations assez élevé (comparé à la Nouvelle Zélande).

Un conseil, ne faites pas comme nous, ne prenez pas la solution la moins chère, c’est-à-dire une grosse voiture avec un coolbox. On s’est très vite senti fort à l’étroit. On ne peut pas se mettre debout a l’intérieur, il faut sans cesse defaire/refaire/redefaire/rerefaire son lit ( voyez a ce sujet notre article sur le roadtrip en couple), ce qui à la longue est un peu pénible. En outre, pas moyen de cuisiner a l’intérieur, il faut le faire à partir de son coffre, ce qui, en hiver, peut parfois être un peu rude. C’est très simple dans le sud ou on a eu du mauvais temps, on s’est payé tous les soirs un camping pour avoir une belle camp kitchen fermée et ainsi ne pas se les peler.

De même, l’option coolbox était une véritable erreur. De un, c’est tout petit, donc pas moyen d’y stocker beaucoup de choses. De deux, il fallait le remplir de glaçons pour tenir les aliments au frais et les changer régulièrement (tous les 2 jours voir tous les jours dans le nord, alors qu’on était en hiver !). Très souvent, notre bouffe finissait noyée !

Bref, si on devait recommencer, on prendrait un modèle plus grand sans hésiter. Le modèle que nous avons en Nouvelle-Zélande (le condo) est un bon compromis.

Pour la compagnie, nous avions pris Juicy, qui avait de bonnes critiques. Cependant, nous n’avons pas été spécialement satisfaits de leur véhicule : assez vieux, un peu sale, coolbox cassé. Par contre rien à redire niveau service. Fort disponible et de bons conseils lorsqu’on les appelle.

Pour l’assurance, nous avions pris la complète. Et oui, on a déjà eu de malheureuses expériences avec les locations de voiture. On ne voulait pas prendre le risque ici, surtout avec tous les kilomètres engloutis. En plus, cela nous a permis de ne pas devoir laisser une grosse caution avec notre carte visa.

Encore un dernier petit conseil : lorsque vous réservez le van, n’hésitez pas à demander une réduction, surtout si vous vous y prenez à l’avance ou si vous continuez votre roadtrip en Nouvelle-Zélande. Nous avons obtenu 300 euros de réduction sur nos deux locations !

IMG_0414 (Copier)

2. L’HEBERGEMENT

Vous pensiez vous en sortir uniquement avec votre van, niveau hébergement ?

Que nenni ! Le camping en Australie est bien règlementé, pas question de se poser n’ importe où. Enfin, vous pouvez toujours mais vous risquez une amende pouvant aller jusque 500 dollars. Certains prennent le risque et n’ont aucun problème. Nous, on n’a pas osé.

Alors, on le pose ou son van ?

Vous avez le choix :

1. L’option « j’ai de l’argent » : dans un camping ou plutôt un caravan park : en général, super bien aménagé, vous aurez ici toilettes, douches, barbecues, coin cuisine et bien souvent une piscine. Le prix varie entre 15 et 40 dollars, pour un site sans électricité. Autant dire un bon budget.

Campings que l’on vous recommande :

– Bimbi Park, Cape Otway : camping bien aménagé, avec plein de koalas dans les arbres ! Attention les douches sont payantes.

– Cape Hillsborough Nature resort : en plein dans le parc national du même nom, situé juste à coté de la plage ou vous pourrez apercevoir des kangourous sauvages !

2. L’option cheap : Les parcs nationaux : bien souvent, il y a des endroits désignés ou l’on peut rester la nuit pour une modique somme. Les structures sont basiques : des toilettes, des barbecues (parfois) et rarement des douches. Le paiement se fait via un système de self registration. Vous mettez le montant dans une enveloppe prevue a cet effet, l’enveloppe dans une boite et vous mettez le reçu sur votre pare-brise.

Site qu’on vous recommande : Devils Marble, sur la route vers Uluru quand on vient du nord: des toilettes vraiment limite pour seule infrastructure mais la vue est magique.

3. L’option « fauché » : soit les emplacements ou il est permis de camper et qui sont gratos ! Dites-vous bien que la plupart du temps ce seront des endroits pourris et glauques comme des aires d’autoroute mais ça permet de s’y retrouver un peu dans le budget.

Quelques endroits gratos et sympas qu’on a testés :

– Sint Lawrence recreational reserve, au sud de Cairns: y a même des douches avec eau chaude (1$ pour 3 minutes).

– Balgal beach, au nord de Townsville : pas de douches mais l’endroit est fort agréable, a cote de la plage.

IMG_0391 (Copier)

3. LE BUDGET

Voyager en Australie, ça coute cher.

Nous avons dépensé en moyenne 171 AU$/ jour (sans la location du van). Et on ne peut pas dire qu’on a vraiment fait d’excès (mis à part un petit craquage à Melbourne).

Le post le plus important est l’essence : 10.000 kilomètres avec une voiture qui consomme en moyenne 10 litres/100 km, ca fait mal au portefeuille.

On s’est clairement fait plaisir sur la bouffe : beaucoup de fruits, de beaux morceaux de viandes, du yaourt, parfois du poisson…. Bref des choses qui coutent cher au supermarché mais on a fait attention niveau alcool. Pas de bières durant le séjour, seulement du vin et bien souvent en cubi !

Les excursions et autres activités coutent également très cher. Notre croisière dans les Whitsundays (3 jours/2 nuits) nous a couté 500$/personne et encore, on a eu une très belle promo et nos deux jours a Frazer island : 250$/personne et la aussi on a eu une réduc !

Après si vous ne faites aucune excursion, que vous mangez des pâtes au ketchup pendant tout le trip et que vous ne comptez pas trop boire, il y a moyen de réduire le budget mais franchement, on ne vous le conseille pas !

IMG_0428 (Copier)

4. PLANIFICATION DU ROADTRIP

L’Australie a une superficie de 7.700.000 km². A moins que vous ne partiez pour plusieurs mois, vous ne pourrez pas tout voir lors de votre voyage. Nous avons fait la côte est, le centre rouge et le sud-est mais il parait que l’ouest est tout aussi beau. A vous de choisir !

En un mois et demi, nous avons parcouru 10.000 km ! C’est beaucoup. Il n’y a pas tellement d’endroits où nous sommes restes plusieurs jours et il y a certains moments où on en avait vraiment marre d’être dans la bagnole.

On vous conseille donc de ne pas prévoir des distances trop longues entre chaque étape et de temps en temps vous poser 2 ou 3 nuits pour vous reposer.

Nous n’avions pas de guide, comme le Lonely ou le Routard avec nous mais on a trouvé pas mal de centres d’informations sur notre route qui sont des mines d’or pour les renseignements.

IMG_0560 (Copier)

5. LES PETITS TRUCS QUI AMELIORERONT VOTRE QUOTIDIEN

Voici une sélection de petites choses qui nous ont bien aidés à certains moment et qui pourraient, a vous aussi, vous être bien utiles.

1. Le Camp Australia Wide (gros bouquin) et/ou WkiCamps (application Iphone) : ou sont répertoriés tous les campements gratuits et pas chers d’Australie. Le livre a son prix (60$) tandis que l’appli est gratos et fournit tous les campements (même les plus chers). Super utiles, ils vous permettront de trouver un endroit ou loger ou que vous soyez en Australie.

2. Transformateur : idée piquée à nos amis Nowmadz, ce petit engin nous a permis de charger ordi, appareil photos et iphones, via la batterie de la voiture. Comme ca pas besoin de payer un power site !

3. Une playlist avec beaucoup de chansons : vous passerez beaucoup de temps sur les routes et qu’est-ce qu’un roadtrip sans musique ? Prévoyez enormement de playlists car au bout d’un moment vous en aurez marre d’écouter toujours la même chose. Dès que nous avions une connexion, on se téléchargeait quelques tubes, et on n’en avait jamais assez ! Quelques films ne seront pas non plus de trop pour animer vos soirées.

4. Une bouillote (pour ceux qui partent en hiver, dans le sud du pays) : Nous avons eu du temps vraiment pourri et froid le long de la Great Ocean Road ainsi qu’aux alentours de Sydney. On a fini par acheter une bouillote et ce fut surement un de nos meilleurs investissements !

Et pour terminer, on vous conseille vivement le site http://mapremierefoisenaustralie.com/, un blog ou 4 amis français vous donnent plein de conseils, d’idées et de bons plans à travers leurs articles et vidéos délirantes. Ce sont eux qui nous ont convaincus d’aller a Frazer island!

IMG_0444 (Copier)

Vous voilà parés pour affronter les routes australiennes ! On vous souhaite un très bon voyage et si l’envie de nous raconter votre expérience vous tente, n’hésitez pas !

Advertisements

Un roadtrip en Australie en amoureux, une bonne idée ou pas ?

9 Sep

Ca y est, on vous a convaincu avec notre dernier article de partir en Australie avec la femme/ homme de votre vie. Cet été, hiver, automne ou pourquoi pas printemps, c’est décidé vous partez en Australie avec votre moitié. Oui, mais vous venez de remarquer (ou vous le saviez déjà, en fait) que ça allait vous couter cher et que la solution la plus économique serait la location d’un van.

Et vous vous demandez si votre couple survivra à plusieurs semaines dans un espace de vie de moins de 10m² ? Si partir camper a l’autre bout du monde avec chouchou est vraiment une bonne idée ?

La réponse est oui mais il faut toutefois qu’avant de partir vous sachiez deux/trois petites choses, histoire d’être bien préparé.

Alors le Camping en Australie c’est :

Un espace restreint dans lequel vous vivrez pendant le temps de votre voyage : une voiture, un van ou un camping-car pour les plus chanceux, qui vous servira de cuisine, salon, salle à manger, salle de bain et chambre à coucher. Vous devrez pour pouvoir manger, défaire le lit et pour pouvoir dormir, ranger la table et le canapé. Mais comme vous aurez souvent la flemme, vous préparerez souvent à manger depuis votre lit.

Vous devrez faire vos courses tous les deux jours, voire tous les jours car selon l’option choisie vous n’aurez qu’un tout petit frigo, voire qu’un coolbox à remplir de glaçons fréquemment (qui, eux, inonderont toute votre bouffe si vous ne les changez pas assez vite). Vous apprendrez à cuisiner en utilisant le moins de choses possible pour éviter de devoir faire la vaisselle et il arrivera un moment ou l’un de vous deux mangera directement dans la casserole pour ne pas salir trop d’assiettes.

Vous mettrez les mêmes vêtements plusieurs fois d’affilée car pour en attraper d’autres, vous devrez ramper en dessous du lit. Et puis, de toute façon, faudrait pas devoir faire la lessive trop souvent.

Vous vendrez un rein pour vous payer des excursions mais vous le ferez avec le sourire car il n’y aura pas de vaisselle, pas de lit et pas de cuisine à faire pendant tout le temps de la sortie.

Vous roulerez parfois longtemps, treeeeeees longtemps et les paysages seront parfois monotones, surtout si vous avez décidé d’aller jusqu’à Uluru, le centre du pays. Vous verrez souvent, même très souvent, des kangourous, wallabies, et autres animauxs écrasées au bord de la route, avec quelques charognards entrain de les manger, et même après 4 semaines, vous aurez toujours de la peine pour ces petites bêtes et maudirez ces train-trucks qui roulent trop vite durant la nuit.

Vous éviterez de trop boire le soir afin de ne pas devoir sortir du van dans le froid et le noir et si vraiment vous devrez aller aux toilettes, vous irez en voiture car elles se trouvent de l’autre cote du camping. Pour économiser un peu d’argent, vous payerez uniquement des campings quand il sera vraiment temps de prendre une douche et vous en profiterez pour faire la vaisselle à l’eau chaude. Le reste du temps, vous chercherez des endroits gratos et sympas ou poser votre van mais souvent vous passerez la nuit sur une aire d’autoroute.

La vie de campeur chez les Aussies, c’est un joyeux mélange de ca :

Et pourtant, vos vacances passeront à une vitesse folle.

C’est clair, il y a un gros manque de confort mais c’est juste pour quelques semaines et, en plus, vous serez à deux pour pouvoir en rigoler.

Et puis l’Australie, c’est une cote-est super bien préservée (avec peut être une exception avec la Gold Coast) et des plages à n’en plus finir, des parcs nationaux pleins de perroquets et oiseaux en tout genre ou se promener pendant des heures, des kangourous, koalas, wallabies en pleine nature, un énorme rocher de +- 10 kilomètres de circonférence perdu au milieu du désert qui change de couleur au fur et à mesure de la journée. C’est une grande barrière de corail remplie de petits et gros poissons ou l’on peut plonger, même en hiver. C’est des habitants souriants et chaleureux comme vous n’en avez jamais rencontrés, toujours prêts a vous aider et à vous donner leurs meilleurs bons plans. L’Australie, c’est aussi des villes agréables et accueillantes, ou vous vous verrez bien habiter quelques mois voire plus, c’est Sydney et son opéra, la Great Ocean Road et ses 12 Apostles, c’est des vignobles un peu partout, des iles de sable blanc, et des ciels étoilés comme vous n’en avez jamais vus.

Et puis le camping en roatrip, c’est des fous rires a n’en plus finir, des rencontres sympathiques et parfois passionnantes, des souvenirs gravés a vie dans vos mémoires, des centaines de photos ou l’on ne sait pas faire le tri tellement elles sont toutes belles, et qu’une envie c’est revenir découvrir ce qu’on n’a pas eu le temps de visiter!

et ca:

Alors le camping en Australie en amoureux, c’est une bonne idée ? La réponse est OUIIIIIIIIIIII, laissez votre confort de cote un petit temps et foncez découvrir les routes australiennes………Vous ne le regretterez pas!

Et vous, êtes-vous déjà partis en roadtrip/camping en Australie? C’était comment? N’hésitez pas à nous raconter votre expérience.

Vietnam: notre itineraire et nos conseils

6 Sep

Notre itinéraire du Vietnam est chez La Mariee en Colere!

30 jours de voyage, pas mal de mobylette, des rizières, une baie d’Along maritime et terrestre, des vêtements sur mesure, des endroits charges d’histoire,…. et d’autres choses encore à découvrir!

Avec, comme chaque fois, nos conseils et bons plans!

 

« Le Vietnam, on avait hésité à y aller pendant notre tour du monde. Virginie y avait déjà été et les impressions sur ce pays sont, en général, partagées car les Vietnamiens ne sont pas aussi chaleureux que les asiatiques des pays voisins. Finalement, comme un ami y habitait et que Virginie avait aimé les deux semaines qu’elle y avait passée, on s’est décidé à y aller. Nous y sommes restes un mois…… »

La suite chez La Mariée en Colère!

 

Qu’est-ce qu’on met dans son sac à dos quand on part avec son amoureux ?

29 Août

 Aujourd’hui, on (enfin plutôt Virg) s’adresse aux voyageuses et vous révèle ce qu’elle a mis dans son sac à dos pour un voyage type baroudeur en mode « couple ».

Parce que quand on part deux semaine en mode touriste, c’est trop facile : on prend sa big valise et on la remplit de 20 kg de fringues, chaussures, et de tous ses produits de beauté préférés et on est sure de rester au top durant ses 15 jours de vacances. Mais quand on part avec un sac qu’on va devoir porter sur son dos pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, il est crucial de bien choisir ce que l’on va emporter.

Avant de partir, j’y ai pas mal réfléchi. Pas question pour moi d’avoir le look de la parfaite touriste (pantalon en toile hyper résistant ample, chemise large et chaussures de rando) pendant un an. Après je ne critique pas ce look, c’est sûr que c’est assez pratique quand on voyage mais ma coquetterie l’a largement emporté et j’avais envie de pouvoir me sentir, à défaut d’être sexy, au moins bien fringuée.

Avant de choisir ses fringues, il a fallu choisir le sac ! Pas évident, non plus, vu que c’est lui qui allait me servir de garde-robe pendant 12 mois. Mon choix s’est porte sur le Deuter 50 +10 litres aircontact. 8 mois que je l’ai et je ne le regrette toujours pas (même si ma grande armoire, qui m’attend sagement à Bruxelles, me manque parfois énormément  J ). Le litrage est parfait : il me permet de mettre pas mal de fringues, sans en avoir trop (un sac plus grand m’aurait juste incité à mettre plus de trucs dedans), il a une poche avant pour pouvoir accéder a ses affaires tout en dessous, il n’est vraiment pas lourd : 2 kg et il a une petite fleur (que j’ai perdue après 7 mois) ce qui ne gâche rien au look ! Bon c’est vrai, il faut aimer la couleur verte ! Mais moi j’adore !       sacados2

Une fois que vous avez votre sac, y a plus qu’à le remplir !

Alors voici quelques petits conseils pour rester un brin feminine même après 6 mois de voyage. Ne vous leurrez pas, il y a des situations ou vous n’aurez plus grand-chose de girly ou alors vous êtes super-woman.

1. Les pantalons et les shorts : deux (+1)  suffisent (sauf si vos destinations sont dans le grand froid) : selon moi, il n’est pas vraiment nécessaire d’investir dans le pantalon baroudeur tout terrain. Déjà ça coute cher et puis c’est moche. C’est peut être pratique c’est sûr mais c’est moche. Pour ma part, j’ai pris un pantalon que je mets tout le temps à Bruxelles : un slim (bleu super léger de chez H&M, je l’adore) et un pantalon en coton un peu plus large qui me sert principalement pour les rando (kaki, de chez Springfield que j’avais déjà depuis un petit moment).

Ils me suffisent amplement. Faut dire qu’en Asie, ils sont plus restes dans le fond du sac que sur mes jambes. Mon slim me permet de ne pas me sentir une touriste dans les grandes villes et mon autre était tout à fait bien pour les treks, même à 5400m d’altitude, il m’a tenu chaud.

A cela, j’ai ajouté un petit pantalon hyper léger a fleur (mais si vous préférez un autre motif c’est pareil ! C’est juste une question de gout), hyper pratique et utile dans les pays chauds, quand y a plein de moustiques le soir et qu’on ne veut pas ressembler à une randonneuse. Et il prend vraiment pas de place. Bon, il s’est déchiré après quelques mois mais ça m’a permis d’en racheter un autre !

Pour les shorts, idem, j’en pris un en jeans que je porte, en général à Bruxelles et un, un peu plus dans le style baroudeur (un peu plus long et plus léger) mais finalement ce dernier, je le porte quasi jamais.

2. Les robes et  les jupes : Alors ça, c’est bien les fringues ou il ne faut pas faire l’impasse (sauf si c’est déjà pas votre truc en Europe). Rien de tel qu’une petite robe pour vous sentir féminine après plusieurs jours de rando ou tout simplement quand on fait une petite sortie. Pas besoin de l’armada : une ou deux suffisent amplement : moi j’ai opté pour une robe courte et une longue, qui ont été complétées et remplacées par d’autres par la suite. Bon j’avoue pour le moment, j’ai trois robes et 2 jupes dans mon sac mais ca ne prend vraiment pas de place!

3. Les T-shirts et les pulls : Difficile de donner un nombre de dessus à emporter, c’est un peu comme vous le sentez. A priori vous mettrez plus de débardeurs que de T-shirt. Pensez à les choisir en fonction de vos dessous, histoire de ressembler a quelque chose. Pour les pulls j’ai opté pour 2 gilets (mais un aurait été suffisant), 2 pulls un peu légers et un gros pull/polar acheté au Népal (une vraie merveille quand il fait froid !).

4. Les chaussures : Question la plus délicate pour moi ! Ce qui était sur c’est que j’avais besoin d’une paire de shoes de randonnée et de mes birckenstocks (pour les longues marches en journée quand il fait chaud, au moins je ne m’abime pas trop le dos). Bref, un choix pas très glamour ! J’ai donc décidé d’y rajouter une paire de petites sandales qui vont parfaitement avec mes robes et une paire de tennis pour avoir des chaussures fermées lorsqu’il fait un peu froid. Je dois bien avouer que mes ptites bottes en cuir m’ont manquée à Sydney et dans le sud de l’Australie ou il fait bien caillant. Mais bon, ça aurait été un petit peu complique de les embarquer avec moi.

5. Les vêtements techniques : ben oui parce que je n’ai pu y couper ! En partant 12 mois dans des pays avec  des climats fort différents, il fallait bien que je m’équipe. Pour tenter de conserver mon look d’enfer, j’ai opté pour un legging (pour en dessous de mon pantalon quand il fait glacial) et un T-shirt à manches longues (assez passe partout) thermiques noirs de la marque Icebreaker. Ils sont nickel et je ne peux que recommander cette marque. Ils tiennent vraiment super chaud (tester et approuver pendant notre trek au Népal) ET ils ne puent pas même après 10 jours de treks (tester et approuver aussi au Népal !). Et ce dernier aspect n’est pas vraiment négligeable quand on ne prend pas de douche pendant 3 jours d’affile !

Sinon, j’ai aussi investi dans un coupe-vent Lafuma . Lui il n’aide pas vraiment ma silhouette mais bon je ne le mets pas souvent, juste quand il drache !

Voilà qu’on commence à avoir fait le tour de ma valise. Il y a bien sûr aussi des culottes et des chaussettes, hein. Vous vous en doutez bien mais j’ai pas vraiment de conseils à donner à ce sujet ! Prenez en autant que vous voulez, en fonction de vos envies lessives.  Et peut-être pas que des modèles Petit Bateau. Oui oui je sais que c’est plus confortable mais vous voyagez quand même avec votre Chéri !

Avec tout ça, il est clair que je ne suis pas une fashion victime pendant mon périple mais cela me suffit pour me sentir bien habillée et ne pas avoir le sentiment d’etre une touriste à tout bout de champs.

Encore quelques recommandations :

– Ne partez pas avec trop de fringues. Vous en achèterez quelques-unes pendant votre trip. Et oui vous allez très certainement craquer pour une séance shopping (ou plus).

– Il ne faut pas partir avec des fringues auxquelles on tient. On n’est jamais certaine de ne pas les perdre, de se les faire voler ou de se les faire abimer pendant les lessives.

– Niveau couleur, vaut mieux rester dans les neutres en général. C’est moins funky mais au moins c’est plus pratique pour assortir ses vetements. Je me suis tout de même permis une petite folie avec un T-shirt fushia ! Wouhou !

Et n’oubliez, bien sûr,  pas votre maillot !

Si cela vous dit, la prochaine fois, on fera le tour de ma trousse de toilette ! J

Quel pays d’Asie choisir pour sa lune de miel ou un voyage en amoureux?

13 Août

Voilà notre périple asiatique terminé depuis un mois déjà : 7 pays en 6 mois, il était temps pour nous de passer à un autre continent si on voulait faire le tour du monde en un an !

Maintenant qu’on a un petit peu de recul, voici le moment de vous révéler ce que l’on en a pensé et quel est l’endroit que l’on a préféré!

L’Asie est un continent très particulier pour nous les européens. Impossible de ne pas se sentir dépaysés, et ce dans n’importe lequel des pays.

L’Asie, c’est des paysages de rêves : les plages paradisiaques de Thailande, les volcans d’Indonésie, les temples d’Angkor ou de Bagan, les hauts sommets du Népal, les rizières du Nord du Vietnam, les rochers karstiques du Laos….et on pourrait encore continuer cette liste pendant longtemps… Chaque pays nous a offert des endroits inoubliables.

Mais l’Asie fonce a du mille a l’heure. Les pays se développent à une allure folle, parfois même trop vite, au grand détriment de l’environnement. On a vu des endroits magnifiques complètement abimés par la pollution. Une de nos plus grandes déceptions fut le village de Koh Rong sur l’ile du même nom au Cambodge.

En Asie, le tourisme est une des sources de revenus les plus importantes. Pas toujours évident d’encore trouver des petits coins authentiques et souvent on a l’impression qu’il est écrit en grand « MONEY » sur notre front. Entre les enfants qui mendient, les prix multiplies par 10 lorsqu’on voit notre tête de blancs, les chauffeurs de tuk-tuk qui t’ « accueillent » à la sortie du bus, les vendeurs de colliers, cartes postales, et souvenirs en tout genre, les nerfs sont soumis à rude épreuve, mais souvent avec le sourire.

Ce qui est sûr, c’est que l’Asie reste un continent super abordable et qu’il est facile de s’offrir un beau voyage pour un prix raisonnable. Pas étonnant, des lors, que beaucoup choisissent, comme destination pour leur lune de miel, un de ces pays.

Et vous vous demandez s’il y en a un que l’on a préféré  ou que  l’on vous conseillerait pour votre voyage de noces ?

Et bien non. Désolé de vous décevoir mais impossible, pour nous, de vous dire quel est le pays qui nous a le plus marqué ou qui conviendrait le mieux à une lune de miel. Chaque pays a ses caractéristiques et nous a offert une expérience particulière. Tout dépend de vos attentes et de vos envies…

Alors voici ce que l’on vous conseillerait si :

Vous avez envie de plages de rêve : Partez dans le sud de la Thailande, bien évidemment ! Si vous avez envie d’une petite ile sauvage et pas encore bouffée par le tourisme, Koh Yao Yai est parfaite. Mais il y en a plein d’autres ! Sinon,  l’Indonésie avec toutes ses iles est également une destination de choix en matière de plages. Nous, nous avons eu un coup de cœur pour Gili Air.

Vous êtes sportifs et avez envie de remuer (un peu) votre popotin pendant votre lune de miel : Pour les grands sportifs, un trek et du rafting au Népal sera le must.  L’Indonésie avec ses multiples volcans offrent pas mal d’opportunités (en plus, vous pouvez facilement terminer votre voyage en mode farniente sur une ile paradisiaque !). Sinon, dans chaque pays, il est toujours possible de partir en excursion un ou plusieurs jours. C’est ainsi qu’on a marché deux jours dans la jungle cambodgienne et qu’on est parti trois jours/deux nuits pour une randonnée jusqu’au lac Inle au Myanmar. Dans le nord de la Thailande, il y a aussi moyen de faire pas mal d’activités comme du rafting, vtt, kayak,..

Vous avez envie de bien manger : les vacances sont synonymes de bons gueuletons pour vous ? Vous allez vous régaler dans certains pays d’Asie. Allez en Thailande, au Cambodge ou en Indonésie pour la meilleure cuisine, et pourquoi ne pas prendre un ou deux cours ? Le Vietnam, a lui aussi quelques spécialités culinaires à tester.

Vous avez envie de vous sentir seul au monde : Enfourchez une moto et partez au Laos, le pays le moins touristique ou l’on s’est rendu. De manière générale, la moto permet de s’aventurer dans des endroits ou peu de monde se rende, même dans les pays les plus visités. Allez jeter un œil sur notre article à ce propos.

Vous n’avez pas un gros budget mais voulez tout de même vous faire plaisir : allez au Laos ou au Cambodge, les deux destinations les moins chères que nous avons visitées. Avec un petit budget, on était bien logé, bien nourri, et on pouvait même se payer des massages régulièrement ! Et si vraiment, vous avez envie de plages idylliques, il est facile de combiner votre séjour avec une semaine dans les iles thai.

Conseils :

– Vous trouverez bien souvent des vols bons marchés jusque Bangkok. Pour rejoindre un autre pays d’Asie, allez voir le site de Airasia, la compagnie low-cost asiatique. Ils font régulièrement des promos assez avantageuses.

– Pour trouver des hôtels sympas en réduc, allez jeter un œil sur Agoda : on a très souvent utilisé ce site pour les hôtels un peu plus luxueux. En plus, pour ceux qui voyagent pas mal, ils ont un système de points qui permet d’avoir des réductions sur le prix des chambres.

Et pour finir, voici trois endroits qui nous ont marqués (ce ne fut vraiment pas évident de choisir !) :

Pour Fred :

  1. La Thakek loop en mob au Laos
  2. L’ascension du Merapi et le lever de soleil au sommet, en Indonésie
  3. Les 10 jours de trek autour des Annapurnas, au Népal

Pour Virg

  1. L’ascension du Merapi
  2. Les temples d’Angkor, au Cambodge, surtout le temple de Bayon !
  3. Apprendre à plonger a Koh Tao, en Thaïlande

Vous avez des questions? Des envies? un endroit a partager? N’hesitez pas a nous contacter!

L’ Asie du sud-est en mobylette !

1 Août

Parcourir des contrées inconnues (enfin surtout moins touristiques que d’autres), cheveux au vent (mais surtout avec un casque sur la tête) et pouvoir s’arrêter ou l’on veut, quand on le souhaite, c’est cela dont vous avez envie quand vous voyagez ?

Une solution : la mobylette !

Pas un pays d’Asie ou nous n’avons loué un petit scooter et où nous ne sommes partis pour quelques heures ou quelques jours. A deux roues, nous avons parcouru la région de Khammuane et le plateau des Bolovens au Laos, découvert une petite partie du nord thailandais, exploré les alentours de Hpa- An en Birmanie, sillonné une bonne partie du Vietnam et visité Kampot et Kep dans le sud du Cambodge, sans oublier Bali.

Se déplacer en mobylette cumule bien des avantages :

  1. c’est, à quelques exceptions près, hyper bon marché. On a en moyenne paye 6 dollars par jour pour la location. A cela s’ajoute, le prix de l’essence, qui pour nous, fut, en moyenne, un dollar/ le litre.
  2.  On est en totale autonomie : ce qui veut dire arrêt pipi quand on veut, pause photo si le paysage en vaut la peine et pas de stop dans un shop a touristes ou un resto dégueu.
  3. On avance bien plus vite dans les embouts : et ça, à certains endroits d’Asie, c’est un atout non négligeable. On pense notamment aux grandes villes en général et à Bali, ou le trafic était assez intense.
  4. Voyager en mob permet de se rendre dans des endroits qui ne sont pas bien desservis par les transports en commun et donc peu touristiques. C’est ainsi que nous n’aurions pu faire la loop au départ de Thakek, au Laos ou la région de Ha Giang au Vietnam.

Pas besoin d’être un pro du deux roues pour partir en roadtrip mais quelques précautions s’imposent.

  1. Lorsque vous louez la moto, en principe, vous devez donner votre passeport en garantie et vous recevez un contrat à signer. Conservez bien une copie de votre passeport et de votre visa car bien souvent vous en aurez besoin dans les guesthouses.
  2. Vérifiez bien l’état du véhicule, notez tous les coups et grosses griffes sur le contrat et faites des photos, s’il le faut. Normalement si vous avez un problème technique pendant votre voyage et que vous faites des réparations, le loueur vous remboursera. Demandez-lui la procédure à suivre car certains veulent être prévenus avant toute réparation. Et n’oubliez pas le reçu. Nous avons dû changer un frein au beau milieu de nulle part au Laos et le loueur nous a remboursés sans soucis. Les pneus crevés, par contre, sont toujours à vos frais mais ce n’est vraiment pas très cher.
  3. On ne nous a jamais demandé de permis lors de la location et, sauf à Bali, nous n’avons jamais été arrêtés par les flics. Ayez tout de même votre permis sur vous au cas où. On ne pense pas que le permis international soit nécessaire, sauf peut-être en Indonésie, quoique lors de notre contrôle, le flic était plus intéressé par notre permis belge.
  4. Renseignez-vous sur l’état des routes avant votre départ. Au Vietnam, on a mis 3 heures pour 30 km car la route indiquée sur google map n’était, en fait, pas encore construite. Un bulldozer a même du nous frayer un passage à un moment.
  5. En Asie, les gens ne roulent pas vite mais ils ne font attention à rien et ils déboulent de partout. Ne roulez pas trop vite (de toute façon, il y a peu d’endroits où vous aurez la possibilité de tracer) et restez vigilant même à la campagne. Nous, on a failli faire un frontal avec un bœuf sortant d’un champ au Vietnam !
  6. Partez avec une petite trousse de secours en cas de chute. Ayez au moins des compresses, du désinfectant et des sparadraps au cas où. Ça vous évitera que des gentils locaux vous étalent leur baume de tigre sur vos plaies ouvertes (expérience vécue au Laos !)

Quelques petits conseils supplémentaires pour ceux qui partent plusieurs jours :

  1. N’hésitez pas à louer une mopette un peu plus cher afin d’avoir un peu plus de confort, surtout si vous en louez une pour deux. Nous avons passé 7 jours sur une Honda Wave (la basique de chez basique) et nos fesses ont eu du mal à s’en remettre.
  2. Niveau bagage, on est assez limité. Ça a été un peu dur pour Virg qui a du se restreindre et vivre avec les mêmes fringues pendant quelques jours. On coinçait un petit sac entre les jambes de Fred mais si vous le pouvez, louez une mopette avec un panier à l’avant pour pouvoir y mettre quelques affaires.
  3. Ne prévoyez pas de trop longues distances car bien souvent votre moyenne ne dépassera pas les 30km/heures.

Au total, nous avons passé une trentaine de jours sur un deux roues en Asie. Même Virg, qui au début, n’était pas vraiment pour, en redemandait. Et on ne comptabilise qu’une seule chute sans grandes conséquences. Evidemment, c’est quand Fred est parti tout seul faire un tour et s’est pris pour un king de la route.

Mis à part ce petit incident, nous avons adoré nos roadtrips sur les routes asiatiques et on ne peut que vous conseiller de louer un deux roues pendant votre voyage, même pour une simple journée.

TOP 3 de nos balades préférées :

  1. Thakek loop, au Laos : 4 jours au milieu des rochers karstiques et presque aucun touriste,
  2. Le Nord du Vietnam : 7 jours à découvrir cette merveilleuse région.
  3. Kampot et Kep, au Cambodge : la mer, les cultures de poivre et le marché aux crabes.

TOP 3 de nos balades décevantes :

  1. La boucle de 100 km conseillée par le Lonely Planet, aux alentours de Chang Mai, en Thailande : vraiment rien d’interessant (ou alors on s’est trompe de loop !)
  2. Le delta du Mékong, au Vietnam : beaucoup de trafic et un peu déçu par les paysages. Le delta, c’est plus sympa vu d’un bateau.
  3. Boucle d’une journée aux environs de Savanakhet, au Laos : beaucoup moins intéressant que Thakek ou le plateau des Bolovens.
%d bloggers like this: