Tag Archives: Lever de soleil

Nos plus beaux levers de soleil en Asie

17 Août

Vous recherchez une destination pour vos prochaines vacances avec votre amoureux(se) ou un lieu de rêve pour y emmener votre moitie mais vous êtes en panne d’inspiration?

Venez faire un tour dans notre nouvelle rubrique « besoin d’inspiration » ! Ici, pas de longs blablas descriptifs  mais juste des photos et quelques infos ou un classement de nos endroits, activités, moment favoris !

Qui sait cela pourrait peut-être vous donner des idées….

Pour chaque post de cette catégorie, on vous indique également le niveau de romantisme, 5 étoiles étant le max, LE truc romantique a absolument découvrir avec son/sa chéri(e) tandis que 1 étoile indique un lieux, une activité, .. qui est clairement à faire/ à voir mais qui peut aussi bien se faire avec des potes.

Et quand vous aurez trouvé votre bonheur, allez consulter tous nos conseils sur la destination choisie !

On commence directement avec un petit classement de nos plus beaux levers de soleil en Asie! Il faut parfois se lever assez tôt (voir carrément ne pas dormir de la nuit) mais cela en vaut clairement la peine.

TOP 3 de nos plus beaux levers de soleil asiatiques :

  1. Au sommet du Merapi, Java, Indonesie : après une longue et pénible nuit d’ascension, admirer le lever du soleil sur la région fut assez intense !

2. A Koh Yao  Yai, en Thailande : les couleurs sur la mer Andaman étaient tout simplement sublimes.

3. Sur le lac Inle, en Birmanie: il ne fallait même pas sortir de son lit pour pouvoir l’admirer!

Niveau de romantisme : * * * *

On n’a pas mis 5 étoiles car on a bien souvent une tête de c** au réveil, ce qui peut parfois manquer de charme ! Mais si vous savez vous réveiller frais comme un gardon à 5 heures du mat, alors c’est sur un lever de soleil avec son amoureux(se), ça vaut 5 étoiles !

Advertisements

L’ascension du Merapi, Indonesie

25 Juin

En arrivant à Yogyakarta, en Indonésie, nous avons fait connaissance avec deux canadiens. Le contact est tout de suite bien passe et nous avons passé nos premiers jours à Java avec eux. Alors, quand ils nous ont dit qu’ils comptaient grimper le volcan Merapi, on s’est tout de suite dit que, nous aussi, on allait le faire (si les canadiens peuvent le faire, les belges aussi. En tout cas c’est ce qu’on s’est dit !)

Bon deux minutes après notre enthousiasme débordant, on a commencé à s’informer sur le volcan en question. Et voila ce qu’on a appris:

Première info : le Merapi est toujours actif et est même un des volcans les plus dangereux d’Indonésie, avec en moyenne une éruption tous les deux ans et demi  (la dernière date justement de  2011). Rassurant ! Voyons le bon cote des choses, puisque c’est le plus dangereux, c’est aussi le plus surveillé et donc au moindre problème, on est au courant.

Deuxième info : l’ascension se fait de nuit, on part à 22h de Yogyakarta, on roule pendant deux heures, puis une heure de briefing. Départ prévu à 1 heure du mat et le temps moyen pour grimper est de 4 heures et de 3 heures pour redescendre. Bref, nuit blanche en perspective mais ça ne nous fait pas peur, on en a vu d’autres et puis après on a prévu 3 semaines de glandouillage dans les iles.

Troisième info : la montée est rude. Des pentes de plus de 10% mais bon notre guide dit que ce trek est accessible à toute personne de bonne condition physique, ce que nous sommes, donc pas de problème.

Apres avoir digéré toutes ces infos et booke notre tour dans une agence, le grand jour (ou devrais-je dire le grand soir) est arrivé et nous embarquons dans notre petit van.

Alors qu’on avait prévu de faire un petit somme durant les deux heures de trajet, on n’a pas fermé l’œil : l’excitation est à son comble et surtout notre chauffeur se prend pour Shumacher sur des petites routes pourries. On est tellement secoue qu’il n’y a pas moyen de s’endormir.

Apres une heure où l’ on fait connaissance avec les autres personnes de notre groupe et un mini briefing qui se résume en fait à une mise en garde deux minutes avant le départ, c’est parti, il faut y aller!

Dès les premiers pas, on est tout de suite mis dans le bain : la route est raide, très raide. Les premières gouttes de sueurs ne tardent d’ailleurs pas à arriver. Il faut dire aussi qu’on avait tellement eu peur d’avoir froid qu’on avait embarque vêtements thermiques, polar et coupe-vent, un peu too much pour la montée.

La première heure est assez pénible. La fatigue se fait ressentir et le bitume a laissé place à un chemin au milieu des branches, cailloux et racines (et toujours la même pente). Nous avons été tout de suite distancés par le reste du groupe (heureusement qu’il y a un guide pour deux personnes).

La suite n’est pas mieux. On trouve la montée vraiment ardue, on se demande ce qu’on fout la et on rame pour arriver jusqu’au sommet.

Enfin, 3 heures et demi plus tard, nous arrivons au plateau, c’est-à-dire, au pied du sommet en tant que tel (NB : le reste de notre groupe y est depuis au moins 45 minutes, ils ont couru ou quoi ??!!). On nous dit qu’il faut attendre ici car les conditions météorologiques ne sont pas assez bonnes pour le moment pour arriver jusqu’au cratère (on espère secrètement qu’elles resteront comme ça, afin d’éviter une heure supplémentaire d’ascension). Ici, on est bien content d’avoir tous nos vêtements chauds. Il fait caillant et la transpiration n’aide pas à se réchauffer.

Vers 5 heures du matin, au moment des premières lueurs du jour, on nous dit qu’on peut monter. On hésite, on est creve mais bon si les canadiens peuvent le faire, les belges aussi ! On entame donc la dernière partie de l’ascension : une heure dans les cendres et les cailloux. Mais finalement, ça nous semble plus facile que le début.

Et puis la vue qui apparait est tellement magique… Maintenant on sait pourquoi on a grimpe le Merapi !

On ne reste pas longtemps sur la crête. On a clairement le vertige et puis la descente va elle aussi être longue.

Et de fait, on mettra plus de 3 heures pour tout redescendre ! Virg a même cru qu’elle terminerait en rampant tellement elle ne sentait plus ses jambes.

BILAN :

Ce fut vraiment très dur. L’ascension n’est déjà pas évidente mais ce qui nous a clairement tué, c’est la nuit blanche (hé oui, on n’a plus 20 ans J mais surtout on s’était levé à 3 heures du matin le jour même pour un lever du soleil et on n’avait pas vraiment fait de sieste, et ça c’était pas une bonne idée).

Néanmoins, cela reste un de nos moments forts du voyage car la vue du sommet est incroyable et surtout il y a très très peu de touristes (ce qui est rare en Indonésie).

C’est pour qui ? Pour ceux qui aiment les challenges et qui sont un minimum sportifs. Pas besoin d’avoir des muscles d’acier mais bien un minimum de condition physique.

Mesdames, il faut aussi être sure que Chéri vous aime à la folie et ne vous quittera jamais parce que ce n’est pas certain qu’il rentre avec vous lorsque vous aurez répété 1000 fois : j’ai mal aux pieds, j’en peux plus, j’y arriverais jamais, c’est trop dur, … et ce en boucle avec quelques pleurnichements de temps en temps ! Bon après, si vous n’êtes pas comme Virg et que vous savez mordre sur votre chique, aucun problème !

Combien ça coute? +- 200.000 roupies/personne, soit +- 20 US dollars (selon vos talents de négociateurs). Cela comprend le transport, un guide (pour 2 ou 3 personnes) et le petit dej

Et n’oubliez pas votre lampe de poche !

Lever de soleil sur le Borobudur…

18 Juin

On n’a pas resiste a vous montrer une photo du superbe lever de soleil qu’on a admire ce matin…

Les couleurs, la brume, la vue… C’etait magique. On ne regrette pas une seconde de s’etre leve a 3 heures du mat’

_MG_5652

%d bloggers like this: